HOMME

RUTH FRANCKEN

Cette silhouette masculine sans tête ni visage fait du corps masculin un produit de masse fonctionnel. Dans les domaines des arts et du design, la plasticité du plastique permet l’émergence d’objets anthropomorphiques qui présentent autant une diversité formelle qu’une technique révélatrice de la variété des intentions de leurs créateurs. Avec la partie siège directement moulée sur le corps d’un ami dans une matière synthétique et industrielle, cette sculpture pose d’emblée la question de la relation entre l’artisanat et le produit manufacturé. 

La galerie Éric et Xiane Germain, située rue Guénégaud à Paris, a été un lieu d’accueil et de soutien pour les jeunes créateurs dans les années 1970-1980. Elle a édité notamment vingt exemplaires du siège de Ruth Francken. En 1985, une réédition par la galerie bruxelloise X + est décidée. L’édition initialement prévue en 300 exemplaires, en blanc et noir numérotés et signés, ne sera jamais réalisée dans son intégralité suite à un désaccord entre l’artiste et la galerie. Seul trente exemplaires semblent avoir été édités.

Née à Prague, RUTH FRANCKEN [1924-2006] vit successivement à Vienne, à Paris puis en Grande-Bretagne lors de l’entrée en guerre de la France en 1939. C’est à Oxford qu’elle fait la rencontre du peintre Arthur Segal dont elle suit les cours quelques mois. Elle émigre rapidement aux Etats-Unis et vit à New-York [1940 - 1950] où elle obtient la nationalité américaine pour, en 1952, revenir s’installer à Paris. C’est lors d’un séjour à Berlin au milieu des années 1960 qu’elle s’initie à la sculpture. Elle y associe un caractère industriel par l’emploi du métal, créant ainsi des oeuvres à la frontière entre la peinture et la sculpture. Il y a d’ailleurs chez Ruth Francken la volonté de mettre un terme aux barrières stylistiques et aux catégories entre les domaines de la création.

Place de Belgique - 1020 Bruxelles | T +32 2 669 49 29 | Tous les jours (365/365) de 10h à 18h
Made by Antartica